Musique et numérique : l’actu de la semaine

Musique et numérique - L'actu de la semaine

Quoi de neuf sur le numérique et l’industrie musicale ces derniers jours ? Au programme de cette revue de presse hebdomadaire : les dernières actualités des services de streaming, un projet de loi aux États-Unis pour favoriser la rémunération des interprètes, et une synthèse de l’intervention d’Emmanuel Durand sur la révolution numérique au sein des industries culturelles.

Streaming : rumeurs et gros sous 

Alors que Spotify annonce un valorisation à $8,2 milliards malgré un déficit de plus de $71 millions en 2014, YouTube prépare tranquillement le lancement de son service streaming (au nom barbare) YouTube Music Key, une version sans publicité du site que nous connaissons actuellement. Les tests de la version beta sont en cours, et les rumeurs parlent d’un plan d’abonnement autour de $10/mois. Les créateurs de contenu ont jusqu’au 15 juin pour s’y inscrire :

YouTube prévoit de conserver 45 % des revenus pour lui, et de partager les 55 % restants entre les propriétaires de chaînes en fonction de leur nombre d’abonnées. Selon YouTube, les créateurs qui ne souhaitent pas prendre part à ce nouveau système verront leurs paramètres de visibilité passer en « privé ». 

source

Par ailleurs, suite au lancement de Tidal, Mark Mulligan nous explique les perspectives envisageables par Jay-Z et ses copains pour se différencier de la concurrence et atteindre leurs hautes aspirations.

Enfin, Apple a annoncé la date de sa conférence annuelle pour les développeurs, qui aura lieu du 8 au 12 juin 2015. La plupart des observateurs prédisent la présentation très attendue de son nouveau service de streaming, fruit du rachat de Beats Music l’an dernier. Tandis que Trent Reznor travaillerait actuellement sur le design, on rapporte qu’Apple paierait (grassement) des journalistes musicaux pour concocter des milliers de playlists et ainsi proposer une curation à haute valeur ajoutée. Selon les rumeurs, le service proposera un abonnement individuel à $9,99/mois pour les personnes individuelles, ainsi qu’un abonnement « Famille » à $14,99.

Des royalties pour les interprètes US

D’après un article de Emmanuel Legrand, l’industrie musicale américaine est en passe d’obtenir le paiement des droits d’interprétation par les radios terrestres, grâce au projet de loi Fair Play Fair Pay Act. Ses dispositions prévoient de :

  • Créer un droit spécifique aux radios terrestres AM/FM qui seront alors sur un pied d’égalité avec leurs concurrents web et satellites, qui paient déjà des royalties aux interprètes.
  • Instaurer une véritable parité au sein du secteur des radios, quelque soit leur dispositif de diffusion.
  • Fixer un plafond de $500 de royalties à payer pour les petites radios commerciales qui font moins d’1 million de chiffre d’affaires par an. Les radios commerciales auront, elles, un plafond de $100.
  • Clarifier le statut des enregistrements datant d’avant 1972 en leur accordant une valeur via le paiement de royalties pour leur diffusion.
  • Protéger les compositeurs et éditeurs en établissant que rien dans cette loi ne pourra être utilisé pour baisser les royalties qu’ils perçoivent actuellement.
  • Codifier les pratiques de l’industrie en rationalisant le paiement des producteurs de musique.
  • Assurer aux artistes une part plus juste des revenus liés à leurs droits d’interprète.

Ce projet de loi a donc pour but d’« harmoniser et moderniser les lois qui gouvernent les licences existantes en matière de diffusion par radio terrestre ou canal numérique ».

Le sujet du paiement des droits d’interprètes est régulièrement adressé par les sociétés d’ayants-droits européens, comme nous avons déjà pu le voir ici et .

La révolution numérique aura-t-elle raison des industries culturelles ?

Avec ce projet de loi aux États-Unis, difficile de ne pas évoquer le paradoxe de la limitation dans l’espace de la réglementation, tandis que les biens, les hommes et l’information circulent (quasiment) librement. Celle-ci d’ailleurs est rapidement évoquée par Emmanuel Durand, vice-président de Warner Bros France et auteur de « La Menace fantôme : les industries culturelles face au numérique », dans sa récente intervention à Sciences Po. Petite synthèse :

La chronologie des médias et l’absence d’alternatives légales, mais aussi le manque de réactivité des industries culturelles face à la révolution numérique, ont longtemps été un frein aux innovations du secteur, préférant la position de « victime » souhaitant conserver ses acquis que celle de « combattant » tentant de revoir son modèle et s’adapter aux nouveaux usages des consommateurs.

Emmanuel Durand présente notamment l’exemple de Netflix, qui a renversé le système de valeurs en se focalisant sur l’interopérabilité de son service, adapté à la multiplication des supports et la mobilité, mais aussi l’individualisation de la consommation des contenus (algorithmes de recommandation et curation). Pendant ce temps, l’industrie du cinéma restait centrée sur l’amélioration continue de la qualité de l’image en passant du DVD au Bluray, témoignant ainsi de sa déconnexion avec ses consommateurs finaux. Ainsi, nous passons d’un système de monétisation des objets culturels à un modèle de monétisation de l’audience (l’exemple choisi pour illustrer ce fait est la transformation de la presse écrite). Aussi, dans une économie toujours plus tournée vers « l’hyper-choix », où la multiplication des contenus fait mécaniquement baisser leur valeur, la hiérarchisation et la curation de l’information deviennent cruciales ; sont notamment évoqués la nécessité d’allier à la fois les algorithmes de recommandation ET la programmation « humaine ».

Enfin, l’intervenant souligne que si les innovations numériques en matière de culture tendent vers la fluidité maximale du parcours utilisateur, les dispositifs traditionnels donnant lieu à des « frictions » en la matière ne disparaissent pas pour autant (on va toujours voir des films en salle, on va toujours voir des concerts). Ceci serait en partie expliqué par le renfort de lien social généré par ces usages. Pour le reste, l’intégralité de l’intervention ci-dessous :

[youtube https://youtu.be/IXk3mLtSwjg]

, , , , , , ,

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Propulsé par WordPress. Ce thème WordPress provient de WooThemes